lundi 6 février 2017

Rendez-vous de février : premier regard



L'enfant luttait déjà depuis un temps considérable contre les éléments.
Il a fallu pour commencer, à force de contorsions, se libérer de la prison du lit-cage.
Puis marcher sous un soleil écrasant le long du chemin goudronné, aux odeurs écœurantes d'urine et de crottes de chiens.
Enfin, arrivé au pied de la montagne, la chaleur du sol a brûlé ses pieds tendres et la lumière aveuglante lui a tiré quelques larmes.
Restait à l'escalader, cette muraille de sable !
Les petites jambes se sont battues contre les grains brûlants roulant sous les pieds, les mains se sont accrochées aux feuilles d'oyat dures et tranchantes.
Mais tout cela n'avait pas été vain. Arrivé au sommet, il a pu l'apercevoir, celle qu'il attendait depuis le début du voyage et qu'on lui avait promise pour la fin de la journée, après les interminables heures de sieste.
Devant ses yeux émerveillés, toute scintillante d'argent, la mer !






8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Hey, bonjour ! et merci de la visite !
      :o)

      Supprimer
  2. tu dis bien cet enchantement qu'on a à chaque fois et on crie comme quand on était tout petit: "la mer! la mer!" :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir la mer, j'en ai rêvé durant toute mon enfance. J'ai dû attendre l'été de mes 16 ans pour en profiter la première fois. Et depuis je suis toujours un peu émue chaque fois que je la vois.

      Supprimer
  3. je crois me revoir enfant quand au petit matin nous arrivions chez ma tante en Bretagne, il ne fallait pas rater le premier regard sur la mer, on se poussait dans la voiture pour mieux voir ce que nous avions attendu durant 1 an ! la belle bleue ! Avec cette envie irrépressible de se baigner immédiatement !
    Très joli texte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      C'est fou cette fascination pour la grande bleue. Je crois que nous sommes nombreux à la connaître.

      Supprimer
  4. J'adore!!! Et tu as assuré! J'étais tellement décalquée de mon week-end, de mon (dur) boulot que j'avais complètement zappé le jour d'édition du rendez vous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes ? Il y avait bien de quoi être fatiguée !
      Mais tu t'es drôlement bien rattrapée avec un billet très touchant.

      Supprimer