hiver

hiver

vendredi 31 janvier 2014

Avec les doigts


Hier soir, j'ai rencontré mes copines qui sont aussi les épouses des collègues du Nini.
Elles et leurs maris, j'en ai déjà parlé par ici. C'est la bande de oufs avec qui nous organisons des sorties et des activités incroyables comme dormir dans un igloo, se lancer d'une montagne accroché à un câble de plusieurs kilomètres, dévaler des rivières en rafting, s'envoler pour un weekend à Lisbonne, etc.
Si nous nous retrouvions hier, c'était pour organiser la prochaine sortie avec nos maris. Une fois, de plus, ça va dépoter ! Mais je n'en dis pas plus, c'est une surprise pour les gars. Je vous raconterai à la fin du mois d'avril ;o) !
Donc, pour préparer tout ça et en même temps nous faire plaisir, nous sommes allés manger dans un restaurant original.
Voici ce que nous avons mangé :




Un seul grand plat pour nous cinq, et pas de couverts. Nos doigts et des galettes devaient suffire. Bon finalement nous avons réclamé des serviettes pour nous éponger un peu quand même !
C'était bon, délicieux même, et mes doigts étaient encore parfumés aux épices ce matin au petit déjeuner !!!

Petite devinette : de quel pays ce plat est-il originaire ?

jeudi 30 janvier 2014

Comme un jeudi






Raquettes aux pieds, je me suis envolée sur les hauteurs cet après-midi avec mes copines du jeudi.
C'était bien, et beau surtout.
Le temps n'était pas au grand soleil mais la lumière de la neige y était malgré tout.
Un peu comme ma forme et mon humeur du jour, pas au top, mais ça va.
Un rien de fatigue sans doute...
Mes petits élèves sont malades, leurs mamans aussi, et ceux qui viennent malgré tout partagent allègrement leurs virus en éternuant et en se mouchant dans mon pull (si si, tu peux me croire, le travail avec les minis est plein de surprises, pas toujours ragoutantes !).
Mais comme je n'ai ni l'envie ni le temps de tomber malade, je vais essayer comme d'hab de me frayer un passage entre les microbes ...

mercredi 29 janvier 2014

Portrait



A l'époque, il devait avoir une quarantaine d'années.
Une grosse barbe, une tignasse hirsute, un jean moulant pattes d'eph, un gros ceinturon  ...  un vrai look des années 70 !
Rien de bien étonnant à ça puisque nous y étions, dans ces années-là.
En 1975, pour être précise.
J'avais 10 ans, et cet homme était mon instituteur.
Au début de l'année scolaire, il me faisait un peu peur. Tout d'abord parce que je sortais d'une année un peu difficile. Mon ancienne institutrice, malgré des airs tout à fait mielleux devant les parents, pouvait se montrer très dure, voire cruelle envers les enfants en difficulté.
Donc, je me méfiais du nouveau, si jamais il allait ressembler à la précédente...
Sa grosse voix m'impressionnait aussi.
Il haussait très rarement le ton mais quand cela arrivait, plus personne ne faisait le malin, tu peux me croire !
Mais assez rapidement, je me suis sentie tranquillisée.
Avec lui, respect, bienveillance, encouragements étaient au rendez-vous.
Tant et si bien que la petite souris apeurée que j'étais a pris de l'assurance, a terminé cette année en tête de classe et a réussi les examens pour l'entrée au collège.
Cet instit-là (avec d'autres rencontrés par la suite) a sans doute compté dans mon choix de devenir enseignante.
Il n'en a jamais rien su.
Par la suite, j'ai appris que sa vie avait pris une triste tournure. Des problèmes familiaux, puis d'alcool, ont bien altéré sa vie professionnelle. Du moins c'est ce que la rumeur a colporté.
Il y a quelques temps, alors que je rendais visite à un proche dans l'hôpital de ma région d'enfance, j'ai cru le reconnaître dans les couloirs. La barbe, bien que blanchie, était toujours là ! J'ai hésité quelques millisecondes. Il n'était pas seul, moi non plus, je ne l'ai pas accosté.
Mais je le regrette maintenant. J'aurais bien aimé pouvoir lui dire tout ça.
Et qui sait, peut-être aurait-il été content de l'entendre ?




mardi 28 janvier 2014

Avant minuit



Avoir envie de poster un billet aujourd'hui encore.
Bâiller de fatigue devant mon écran d'ordinateur.
Compter sur l'écriture automatique pour remplir ma page.
Décider de se fier à l'ordre alphabétique.
Écouter en même temps une émission de télé d'une oreille distraite.
Flinguer mes bonnes résolutions en allant chercher un bon morceau de fromage dans le frigo et du pain.
Grignoter sans culpabilité en mettant plein de miettes sur le clavier.
.
.
.
Hésiter à continuer cette note bizarre...
.
.
.
Insister encore un peu.
Jouer avec les mots qui se bousculent dans ma tête.
Kiffer ce moment de tranquillité sans personne pour me déranger.
Laisser mes doigts courir sur le clavier.
Modifier quelques mots relus plus haut.
Noter les suivants sans trop y réfléchir.
Orienter ma réflexion vers ce qui m'attend demain.
Penser au réveil qui risque d'être pénible.
Questionner le grand internet pour vérifier l'orthographe d'un mot.
Réaliser qu'en me faisant confiance, j'aurais choisi la bonne graphie.
Sauvegarder d'un clic ce qui a déjà été écrit.
Tâcher de trouver encore quelques idées à retranscrire.
Utiliser mes dernières minutes avant minuit pour finaliser cette note.
Visionner l'aperçu du texte.
Warranter... non, même si le verbe existe, il n'a aucun sens ici.
X...  (pffff, pas UN SEUL VERBE français commençant par x )
Yoyotter de la touffe (!) et ainsi parvenir à compléter ma liste.
Zapper une dernière fois sur les principales chaines de ma télé et se dire que décidément, mieux vaut aller se coucher !



lundi 27 janvier 2014

Compteur



Aujourd'hui, à midi et des brouettes :





J'aime bien, c'est joli la symétrie  !

;o)

Histoires de chat


Meeeeeow, cette sieste a assez duré !
Oulala, je ne rajeunis pas, moi. Mon dos est tout raide, et mes pattes, j'en parle même pas.
Je pourrais peut-être pousser jusqu'à la cuisine ... 
Bof, pas terrible, le contenu de mon assiette.
Mais où sont les deux-pattes ? Jamais là quand on en a besoin, ceux-là !
Ah tiens, en voilà un qui ne fait rien, si ce n'est lire son journal.
Meooow, meooow !
Meooooowwwww !
Meeeeeeeow !!!
Non mais tu réagis ou quoi ? Et après on dit que c'est moi qui suis sourd !
Pfff, je vais essayer en lui piquant les mollets avec le bout de mes griffes. Normalement c'est efficace !
Aha, ça marche.
Meeeeeeeeeeeeeeow, meeeeeeeeeeeeeeeeeeeow !
File-moi quelque chose de meilleur, arrête de dire que ma gamelle est pleine. J'en veux plus de celle-là !
Meeeooow!
Meeeooow!
Meeeooow!
Meeeooow!
Meeeooow!
Meeeooow!

Bon ok, j'en mange un peu, mais après tu vas m'entendre jusqu'à ce tu me donnes quelque chose de meilleur...


*****


Je pourrais sortir un moment, tiens !
Pfff, la chatière du sous-sol est trop loin, mieux vaut miauler un peu devant la porte-fenêtre. Parfois ça marche... Hehe, bingo !
Mais c'est quoi ce temps pourri ? Il pleut ? Trop nul...
Je vais aller miauler un peu devant la porte principale de la maison, j'y trouverai peut-être une météo plus clémente.


*****


Et si je faisais tomber la planche qui cache le bas des caissons de cuisine ?
Y'a de nouveau un deux-pattes qui l'a remise en place.
BAM !
Voilà, c'est fait ! Et maintenant, je m'attaque à la grille de ventilation au fond du frigo. J'aime bien aussi !


*****


Je ferais bien une sieste, moi.
Tiens, un pull tout doux `! Ça sera paaaarfait !


*****


Hum, un petit pipi s'impose ...
Mon  bac à litière est bien trop loin. Et si j'essayais cette paire de chaussures ?
Voiiiiilà, c'est fait !


*****


Miam, un petit morceau de beurre !
C'est bon ça ! Mais, c'est quoi ce truc tout dur à l'intérieur ? Encore un coup des deux-pattes !
On ne me la fait pas à moi ! Je vais lécher consciencieusement tout le beurre et laisser ce machin chelou au fond de ma gamelle...




"soupir"
Tu me crois si je te dis que mon vieux chat me fatigue ? 






 

dimanche 26 janvier 2014

Tilulu en vedette



Par la magie de l'internet, nous venons de passer plus d'une heure en compagnie de notre Tilulu et de ses parents.
C'était comme chaque fois un merveilleux moment.
On se voit, on se montre des trucs, on discute, on rigole, on fait des plans pour l'avenir...
En bon petit dictateur comme savent l'être les enfants de son âge, Tilulu est généralement le centre d’intérêt de tous.
Cet enfant a un humour ravageur et grâce à ça et à sa choupitude au top, il se met sans aucune difficulté tout le monde dans la poche. 
Les parents sont heureux de nous montrer les nouvelles performances du petit.
Les grands-parents et les taties sont ravis de les découvrir.
Et le moustique ne se fait pas prier pour nous faire la démonstration de ses prouesses.
Cette fois-ci, il nous a montré comme il savait bien écrire son prénom. Il en connaît parfaitement les lettres, sait les écrire dans l’ordre sans se tromper, et le "e" du milieu ressemble à un drôle de petit escargot  mignon (oui, y'a un e au milieu du nom Tilulu, cherche pas !).
Sachant que le petit gars n'a même pas 3 ans, fiers comme un bar-tabac nous sommes  ;o)   !!!

Dans moins de 3 semaines (18 jours d'après le compte à rebours du tableau d'affichage), c'est en live qu'il nous fera la démonstration, sans l'intermédiaire d'un écran.

Youhouhouuuuu !



Photo prise par Cara, sa maman

vendredi 24 janvier 2014

jeudi 23 janvier 2014

Bingo




Il y a quelques jours, je réfléchissais à écrire un petit billet sur ma manie de jouer au loto.
Toutes les cinq semaines, si je n'oublie pas, je fais valider un bulletin pour les 10 prochains tirages.
Je ne joue que 2 cases, ce qui est le minimum possible.
La plupart du temps, je ne pense pas à vérifier les résultats. C'est la machine qui le fait pour moi lorsque je retourne au kiosque pour la série suivante.
Je ne gagne pas souvent, et uniquement de tout petits gains qui ne remboursent que très partiellement mes mises de départ.
Je ne sais pas trop pourquoi je joue, puisque je n'ai pas vraiment envie de toucher un très gros lot (en même temps, j'ai bien conscience de ne pas courir un risque démesuré en la matière ;o) !). Mais par contre je n'aurais rien contre un petit supplément qui me permettrait d'améliorer un peu l'ordinaire.
Bref, je me disais que je pourrais raconter tout ça ici.
Et hier, voilà que je commence un roman emprunté récemment à ma bibliothèque.


La liste de mes envies 
de Grégoire Delacourt

Je ne savais pas quel était le sujet du livre, mais juste qu'il avait eu pas mal de succès depuis sa sortie.
Si tu l'as lu, tu sais que la narratrice, elle, a gagné le gros lot de l’Euro millions.
18 547 301 euros et 28 centimes !
Une telle somme d'argent ne peut que tout bouleverser dans une vie, et ça n'a pas manqué pour l’héroïne du livre.
J'ai beaucoup apprécié cette histoire et été touchée par les sentiments de cette femme à qui je pouvais facilement m'identifier (sauf pour la fin).
Et bien évidemment, je me suis demandé quelle serait la liste de mes envies.
Je n'ai pas des goûts très luxueux, n'attache que peu d'importance aux grandes marques, ni ne souhaite une vie oisive. Mais quand même, il y a des choses qui coûtent des sous et qui me tenteraient bien.
Des voyages notamment, ou des projets de développement personnel.
Mais bon, on peut toujours rêver !
Et ça, comme je le racontais il y a quelques jours, je sais faire...




mercredi 22 janvier 2014

Portrait



Il a 10 ans et un sourire à tomber.
Je ne crois pas qu'il le sache, pour le sourire, mais dans pas longtemps, il va faire des ravages chez les minettes de son âge.
Dans sa famille, c'est le benjamin.
Il a donc appris à se faire une place auprès de deux sœurs ainées.
C'est un garçon vif, intelligent.
Quand il arrive chez moi (je l'accueille pour le repas de midi 1x par semaine), il commence par tourner en rond comme une hélice, à m'en donner le tournis.
Et puis il parle, un vrai moulin à paroles, en gigotant dans tous les sens. Il me raconte sa vie d'écolier à l'école du village, les bêtises avec les copains, les activités du weekend avec sa famille.
Il me dévalise les placards aussi !
Il se sert un ou deux grands verres de sirop ou de thé glacé, et s'il met la main sur une barquette de tomates cerises, il les mangera jusqu'à la dernière. Mais n'allez pas croire que cela lui coupe l'appétit pour le repas ! Je ne sais pas où un jeune garçon tout mince comme lui met ce qu'il ingurgite.
Tout en mangeant, il nous réjouit de sa conversation et fait beaucoup rire mes filles qui adorent ce petit frère occasionnel.
Après s'être resservi 2 ou 3 fois du plat principal, il retourne dans le placard à chocolat pour le dessert...
Enfin rassasié, il se dépêche de faire ses devoirs pour le lendemain. Et s'il reste encore un peu de temps avant de retourner à l'école, il choisit un jeu à partager avec sa marraine.
Sa marraine, c'est moi.
Et lui, mon filleul, c'est la vie qui déborde et qui enchante tous mes mardis !








 



mardi 21 janvier 2014

An 1970, je me souviens


  1. Je me souviens d'une cuisine tout en longueur et de l'odeur d'un fourneau à mazout.
  2. Je me souviens du bain du samedi dans la pièce surchauffée par le fourneau à bois.
  3. Je me souviens du pot de thé fumant sur la table après l'école.
  4. Je me souviens de la ligne de chocolat au lait qui accompagnait le pain des 4 heures. Une ligne, soit 4 carrés, jamais un de plus, et pas pendant le carême.
  5. Je me souviens de la boulangerie près de la fontaine où aller dépenser quelques centimes en bonbons. La fausse monnaie des poupées de ma copine Chantal n'était pas acceptée par la boulangère.
  6. Je me souviens de Colargol qui chantait en fa en sol à la télé.
  7. Je me souviens des chansons de Oum le dauphin, de Blanche et Gaspard, et de Fifi Brindacier.
  8. Je me souviens des bassines en fer remplies d'eau mise à tempérer au soleil pour s'y baigner l'été.
  9. Je me souviens de morceaux de plâtre arrachés du mur et utilisés comme craies pour dessiner sur le sol..
  10. Je me souviens d'interminables sorties en forêt pour ramasser mûres et framboises, et ainsi avoir de la confiture pour l'hiver. Les pots étaient énormes et la confiture pas terrible. Trop de petits grains dedans et souvent de la moisissure qu'il fallait enlever avant de faire les tartines.
  11. Je me souviens des pique-niques du dimanche, des petits feux que les gosses avaient le droit d'allumer quitte à se cramer un peu les doigts.
  12. Je me souviens de mon père penché sur son établi d'horloger.
  13. Je me souviens qu'il arrivait à porter 3 enfants dans ses bras et sur son dos pour descendre l'escalier.
  14. Je me souviens des assiettées de spaghetti au concentré de tomate qui laissaient de grandes traces autour de la bouche et sur les vêtements.
  15. Je me souviens de la camionnette du laitier qui s'arrêtait devant chaque maison pour vendre son lait.
  16. Je me souviens du goût des yogourts au moka en pot de verre.
  17. Je me souviens du facteur qui apportait les paquets de montres à réparer à mon père et qui avait toujours un crayon sur l'oreille. Crayon qu'il prêtait  à ma maman pour qu'elle puisse signer le reçu.
  18. Je me souviens du canari entré par la fenêtre de la cuisine, capturé par ma maman et mis dans une cage. Chaque soir, il fallait la recouvrir d'un drap pour qu'il arrête de chanter et s'endorme.
  19. Je me souviens du chant du coq le matin.
  20. Je me souviens des religieuses qui s'occupaient des petits de l'école enfantine. La plus jeune, pour les 4-5 ans, était douce et gentille. La plus âgée, pour la classe des 5-6 ans, était sévère et faisait peur.
  21. Je me souviens du chemin qui menait à l'école des petits, des jardins qu'il fallait longer, du haut mur du cimetière. Si la cloche sonnait alors que nous étions encore sur le chemin, ça voulait dire que nous étions en retard.
  22. Je me souviens des chansons de Cloclo qui passaient à la radio. 
  23. Je me souviens des décalcomanies qui entouraient les chewing-gum du  kiosque de la gare.
  24. Je me souviens du grincement des roues du train sur les rails lorsqu'il entrait dans la gare du village.

Ces quelques souvenirs, à la manière de Georges Perec, ou plutôt pour moi à la manière d'Adrienne, sont les miens lorsque j'avais 5 ans. Je crois qu'ils sont tous de l'année 1970.
Je me suis arrêtée à 24, mais d'autres continuent d'affluer.
Je n'imaginais même pas pouvoir en retrouver autant ...

lundi 20 janvier 2014

Je ne vis pas ma vie





♪  
 Je ne vis pas ma vie
Je la rêve
Le soleil se lève
Et moi aussi
C'est comme une maladie
Que j'aurais chopée
Quand j'étais tout
Petit
Et qui va pas m'lâcher
Avant qu'j'en crève
                     ♪ ♪

C'est une des chansons d'Higelin qui a bercé ma jeunesse. (Jacques Higelin, Parc Montsouris)
J'en aimais beaucoup la mélodie, son côté mélancolique.
Et puis surtout les paroles me parlaient.
Dès l'enfance, je me suis rêvé une vie parfaite, où toutes les imperfections de la réalité avaient disparu.

Oui je saiiiis, faut vivre ses rêves et pas l'inverse, blablabla...

Bien-sûr tu as raison, mais non, je ne m'en sentais pas capable.
Aujourd'hui encore, j'ai cette faculté (ce défaut  ?) de m'évader facilement de mon quotidien en rêvant qu'il est tout autre.
Et elle est pas mal, ma vie rêvée, à en rendre jaloux plus d'une et plus d'un :p !!!

Aussi quand j'ai vu la bande annonce du dernier film de Ben Stiller, La vie rêvée de Walter Mitty, j'ai eu envie d'aller le voir, même si je ne m'attendais pas à un chef d’œuvre.
Et en effet, ce n'en est certainement pas un.
Un côté naïf, un peu trop ceci et pas assez cela, et plein de bons sentiments pour finir.
Mais j'ai trouvé Ben Stiller et son film sympathiques.
Avec quelques passages drôles, d'autres poétiques,  et surtout une très belle photographie dans des décors extraordinaires.

                                                          

dimanche 19 janvier 2014

Dans la neige


 Il a neigé, enfin !

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une petite couche de blanc a redonné un peu de pep à mon paysage.
Voilà ce qu'on pouvait apercevoir de la fenêtre du jardin d'enfants vendredi matin.
Mais la neige ici au village est lourde et mouillée.
Et pas très abondante.

Alors hier après-midi, c'est un peu plus haut que nous (le Nini et moi) sommes allés nous balader.

Ahhh, quel plaisir !

Nous sommes partis comme ça, sans bâtons ni raquettes, en pensant rester sur des chemins.
Et puis finalement, c'est dans la haute neige que nous nous sommes retrouvés.
Bon quand je dis haute neige, c'est relatif,  le tapis neigeux ne dépassait pas 20 à 30 centimètres.
Mais déjà dans ces conditions, la progression est lente et fatigante.
J'aime cet effort, il me convient parfaitement.
Et c'est  presque euphorique que je chemine et finis toujours par semer le Nini qui lui ne quitte guère son pas lent et régulier de sénateur !




La balade n'aura pas été très longue, à peine plus d'une heure de marche.
Mais elle m'a permis de me rendre compte à  quel point cette sensation m'avait manqué.
L'hiver jusqu'ici a été plutôt doux et surtout pluvieux.

J'aimerais bien que ces belles conditions se maintiennent quelques temps.
Dans moins d'un mois, j'ai un Tilulu à qui faire découvrir tout ça !
^_^







samedi 18 janvier 2014

Petits dialogues au jardin d'enfants



Une maîtresse et une petite blondinette de 3 ans et demi s'apprêtant à peindre  :

- Loulouuuuu, tu peux m'aider à fermer mon tablier ?

- Est-ce  que tu as essayé de te débrouiller toute seule ?

- Mais ouiiiii, j'fais d'l'effort, j'fais d'l'effort, mais ça marche paaaaas !


Ah ben dans ce cas ...




*******




Un petit garçon et une petite fille font la conversation :

- Je suis allée dans la maison tout là-bas !

- A la droite ou à la gauffe ?

- C'était droite ou bien gauche, mais peut-être que je suis pas sûre !

Pour la précision, tu repasseras !



*******








vendredi 17 janvier 2014

Joyeux z'anni to me


Aujourd'hui, mon petit blog a 4 ans.
4 ans que je raconte ici des morceaux de ma vie, que je regarde ce qui m'entoure en me demandant si c'est blogable, que je prends des photos en me demandant si je vais les publier, etc.
Au début, c'était surtout pour raconter la vie d'ici à mes filles exilées sur d'autres continents.
Aujourd'hui, c'est avant tout pour moi, parce que ça me plaît, parce que ça me force à écrire, à réfléchir à ce que je pourrais mettre en mots ou en images.
C'est un petit chez moi que j'aime et où je me sens bien.
C'est un endroit où je suis toujours ravie d'accueillir des visiteurs (donc mets moi des petits mots, c'est encore mieux !).
Bref, un endroit que je continuerai d'habiter, et on verra bien jusqu'à quand...


jeudi 16 janvier 2014

Chanceuse



Je suis très très chanceuse !

Je suis bien entourée par des gens adorables et aimants.
Il y a ma famille, le Nini, mes filles merveilleuses, mon petit-fils pour qui je donnerais tout. Ils sont ma vie, mes amours, mes plus grands bonheurs.
Il y a des amis sur qui je peux compter.
Il y a mes copines pour partager balades, soirées ciné ou spectacle.

Je ne suis pas particulièrement superstitieuse. Mais à parler comme ça de cette chance, de ce bonheur, je ne peux m'empêcher de toucher du bois...


Ce soir, une amie m'a offert une très jolie soirée.
Un bon repas au coin du feu dans un beau restaurant, un bon moment à papoter, un fou-rire sur le chemin du retour sous une neige drue !

Un vrai bonheur et un délicieux moment d'amitié.

C'est bien ce que je disais, je suis très très chanceuse !!!




mardi 14 janvier 2014

Ciné




Ce soir, j'avais chorale, la reprise après les vacances de fin d'année.
Et bien je n'y suis pas allée (pardon de vous avoir lâchés, les amis choristes !)
J'ai choisi plutôt mon petit cinéma.

"Tel père, tel fils" de Hirokazu Kore Eda

C'était bien, très émouvant.
Un film subtil qui remue et fait se poser des questions.
Qu'est-ce qui est le plus important ?
Les liens du sang ?
Ceux créés avec le temps consacré à son enfant ?
Comment faire au mieux face au problème insoluble des deux familles du film ? 
Et puis il y a le Japon où se passe l'histoire, une autre culture, une autre façon d'exprimer ses sentiments, d'envisager l'éducation. 

Je n'ai pas regretté ma soirée !





lundi 13 janvier 2014

Pour bien commencer la semaine




J'ai beau voir ça tous les jours ou presque, ça m'a fait pleurer de rire.



Cache-cache     click !!


Je vous ai déjà dit que j'adorais les gosses ?

^_^


dimanche 12 janvier 2014

Devinette



Un dîner (déjeuner pour les français de France ;o) !) ou je n'ai qu'à mettre les pieds sous la table, c'est suffisamment rare pour que je l'immortalise par une photo !
C'est un de mes charmants beaux-fils qui s'est mis aux fourneaux et c'était délicieux.
Mais qu'est-ce qui accompagnait la timbale de riz/poulet/légumes ?




samedi 11 janvier 2014

Lignée


Pourquoi ai-je aujourd'hui eu l'envie de ressortir d'anciennes photos de famille ?
Je ne sais pas.
Mais comme chaque fois que je le fais, je suis touchée par ces traces d'un passé dont je ne connais pas grand chose.
Les photos sont peu nombreuses et pour la plupart en très mauvais état, mais pour moi elles sont précieuses.
Elles concernent presque exclusivement la lignée de ma maman.
Du côté de mon père, je n'ai rien.
Je ne peux m'empêcher de scruter ces visages pour tenter de savoir ce qui se cachait derrière.
Ma maman nous a un peu raconté sa famille, mais pas suffisamment, ou alors je n'ai pas été assez attentive.
Maintenant c'est trop tard, elle ne peut plus rien expliquer.
Mes filles disent parfois que je ne leur parle pas assez de ce qui a fait mon enfance, ma jeunesse. Et c'est parfois ici, sur le blog, qu'elles apprennent certaines choses.
Ça aura au moins servi à cela  :p !

 La plus ancienne photo date de 1904. 
On y voit mes arrière-arrière-grands-parents entourés de leurs enfants.

 Joseph  et Agnès

 Vitaline, mon arrière-grand-mère,
 la grand-mère chérie de ma maman.


Mon grand-père Louis, le père de ma  maman, 
en 1916 lors de son service militaire.


L'unique photo de ma grand-mère Marie, fille de Vitaline et femme de Louis,
ici en compagnie de ma maman.


Ma maman, 10 ans, le jour de sa première communion.
Avec l'air triste qu'on peut lui voir sur pas mal de photos.
Je ne sais rien de ce qui pouvait provoquer cette tristesse.
(sa magnifique coupe de cheveux, tu crois ?)



Mes parents le jour de leur mariage.


Et pour finir,
Loulou le jour de sa première communion.
Je souris plus que ma mère mais
la non-coupe de cheveux n'est pas mal non plus ;o) !!!

vendredi 10 janvier 2014

Les 10 du 10 , janvier 2014


Pour ce 10 du mois, j'ai pris mon appareil photo au jardin d'enfants.
J'avais l'envie de montrer un peu le monde des petits que je côtoie chaque matin.
Les enfants étaient un peu étonnés. Et il y en avait toujours un qui voulait venir mettre sa trombine devant l'objectif alors que c'était précisément ce que je voulais éviter.
Mais bon, voilà ce que ça a donné ...



Ce  matin,  entre 8 et 11 heures, j'ai accueilli 7 petits âgés de 2 ans et demi à 4 ans.
Il m'en manquait 2.
Les instits qui doivent gérer des classes de plus de 30 élèves ont le  droit de me détester ;o) !!!


Charlotte aux fraises, Winnie l'ourson, Hello Kitty, Flash McQueen sont aussi de la partie.


Et quelques doudous aussi !



Les petites mains s'activent ...




dessinent ...



expérimentent ...



peignent ...


construisent ...



assemblent.


J'aime cet univers, le contact avec les enfants, leur créativité, leur curiosité, leurs gestes maladroits, les petites histoires qu'ils me confient.
Je n'imagine même pas de ne plus être en contact avec des petits.

Et c'est ainsi que les 10 photos en sont déjà à 12 !

Et hop, une treizième !





Pour voir d'autres journées du 10 en photos, c'est ici !


jeudi 9 janvier 2014

ça bouge !


Hier soir, j'ai repris la zumba.
Après les deux semaines de vacances à ne rien faire et les multiples gueuletons de fête, ça faisait drôlement du bien.

Une instructrice incroyablement motivée et dynamique,
des nouvelles chorégraphies sur des musiques qui dépotent,
et une bonne douzaine de nénettes déchainées qui se sont défoulées en suant des litres ...

Devine un peu ce que ça a provoqué ?



Deux tremblements de terre !!!



Oui, pour de vrai !

Le premier d'une magnitude de 3,2
le second de 2,9.
Certaines maisons du village ont tremblé,
beaucoup de personnes l'ont bien ressenti.


Mais nous, les folles qui dansions la zumba, nous n'avons rien remarqué didonc !




mercredi 8 janvier 2014

Rêverie


J'aime beaucoup les arbres.
Même vieux, rabougris, malmenés par les hommes, le vent, la vie, je les trouve beaux.
En hiver, la beauté de leur forme, de leur ramure mise à nu, est encore plus saisissante.




Et un jour, j'aimerais parvenir à faire des photos qui reflètent et traduisent vraiment ce que je ressens...
(y'a du boulot !)
ou alors trouver les bons mots pour l'exprimer !
(c'est pas gagné non plus :p !)

mardi 7 janvier 2014

Epiphanie



Pour fêter l’épiphanie comme il se doit, on a mangé le gâteau des rois.
Deux fois !
Ici, pas de galette à la frangipane.
Le gâteau traditionnel est une brioche comme celle-ci :



La photo est piquée sur le net, j'ai mangé les miennes (les galettes, pas les photos !) sans même penser à les immortaliser, sotte que je suis.


Donc, deux brioches, si tu suis bien !

La première, achetée en grande surface, a été boulottée dimanche soir.
Bof, elle n'était pas terrible.
La figurine était un petit machin en plastique blanc tout moche que je ne retrouve plus.
Et il fallait avoir la tête drôlement carrée pour que la couronne te siée bien.
(et j'ai dû sortir le Bescherelle pour te conjuguer le verbe seoir correctement au subjonctif, admire l'effort !)




La deuxième, fabriquée par un vrai boulanger, a été dégustée ce soir et était bien meilleure.
Même la figurine et la couronne se sont donnés de la peine pour être présentables.






Et c'est qui qui a été couronnée deux fois, hein ?
(oui là, plus d'efforts de grammaire, je fatigue...)

C'est Loulou !!!
Oui, les deux fois !

Appelez-moi majesté, en toute simplicité.

lundi 6 janvier 2014

C'est l'heure !


Allez, on y retourne !
Les vacances sont terminées.
Deux semaines se sont vraiment écoulées ?
Bon il y a eu les fêtes de familles, en petits ou grands comités, les repas à prévoir, les listes et les courses à faire, la cuisine ...
Il y a eu le Nini et son dos coincé. Il a commencé à avoir mal le premier lundi des vacances, et s'est enfin senti  mieux vendredi dernier. Moui, on a connu mieux. Surtout qu'un Nini qui a mal, il te le fait savoir, on ne peut guère l'ignorer.
De ma part, il y a eu pas mal de glandouille, pas trop l'envie d’entreprendre des choses ou de sortir en laissant mon grand malade se morfondre sur le canap.
Un peu de lecture aussi, mais pas tant que ça.
Pas mal de temps perdu devant la télé ou sur le net.
Des jeux aussi ! En famille, avec nos voisins, chez des amis.
Très peu d'activités physiques, aoutch, ça va faire mal ce soir pour la reprise du sport.
Une jolie soirée avec une de mes filleules qui voulait un repas en tête à tête avec sa marraine comme cadeau de Noêl.
A peine quelques petits flocons de neige, pas assez pour moi ! Avec juste une petite balade aujourd'hui dans la gadoue, la petch, une neige plus très fraîche en train de fondre.
Et sans doute deux ou trois trucs que j'oublie de raconter.

Time  is over, on y retourne.
Avec la banane des petits toujours motivés à chaque rentrée, ça va aller !



dimanche 5 janvier 2014

Dans le rétro , automne 2013



Octobre 2013

Des visites de ville :

Berne



Marseille



Et l'automne qui s'installe doucement.



Novembre 2013

Lac,



montagne,



et cocooning !




Décembre 2013


Lumière,
 



déco,






cadeaux.