hiver

hiver

mardi 31 mai 2011

Humeur

Il y a des jours comme ça...
La  tempête se déchaine à l'extérieur.
Les jeunes bouleaux du jardin, malmenés par le vent, sont presque à l'horizontal.
La pluie tambourine contre les fenêtres (enfin un peu d'eau !).
Et dans ma tête, cette chanson qui tourne...


dimanche 29 mai 2011

Studieuses





Ça bosse, ça bosse...
... ou comment joindre l'utile à l'agréable !
Parce que même si elles n'en ont pas l'air, mes poulettes sont en train de réviser pour les prochains travaux écrits et autres exas.

(Et elles vont me maudire en voyant cette photo prise à la sauvette !  
  Naaan, pas taper !!! 
   :D )


vendredi 27 mai 2011

Dans le coin famille ...

... au jardin d'enfants :


" Ze les mets dormir tous ensemble pour qu'y z'ont pas peur !"



... autre moment, autre enfant :


"J'cuis les bébés au four passqu'y sont mosses... "




Voilà, voilà ....

mercredi 25 mai 2011

Lecture

Aujourd'hui, c'est salon littéraire sur le blog !
Ça change un peu des fleurettes et autres paysages dont je vous abreuve ces derniers temps.
J'aime lire, j'ai toujours aimé ça, et je ne peux imaginer ma vie sans.
La lecture des blogs me prend déjà pas mal de temps, mais j'ai aussi besoin de me plonger chaque jour dans un roman et découvrir par ce biais de nouveaux univers.
Les trois derniers que j'ai lus ont été trois coups de cœur, je les ai dévorés, alors j'ai envie de partager.






La maison qui marchait vers le large
Carl de Souza

Edition : Le serpent à plumes







Ce beau roman, qui m'a été offert par ma fille, est d'un auteur mauricien.
Il se passe à Port Louis et parle d'un quartier populaire de la ville où cohabitent les différentes communautés de l'île. Suite à de fortes pluies qui rendent tout le quartier instable, le vieux propriétaire blanc d'une belle demeure coloniale et son locataire musulman s'affrontent...

Je ne vous détaille pas l'intrigue, pas envie !
Je dirai juste que cette histoire n'est pas très gaie, pas très optimiste. Mais j'en ai bien aimé l'écriture parsemée de phrases en créole qu'on ne comprend pas toujours ! Et pour moi qui ai fait quelques passages à Port Louis, j'ai adoré retrouver dans le roman ce que je connais de la ville.








Les filles
Lori lansens

Edition:  l'Archipel









Ce roman canadien (écrit en anglais à la base, je me suis contentée de la traduction française !) est la biographie de Rose, une jumelle conjointe craniopage (reliée à sa sœur par le crâne).
Avec beaucoup de sensibilité, Rose parle de sa vie avec sa sœur, de ses parents adoptifs, de ses amis, de son travail... Une vie qu'elle dit ordinaire malgré les circonstances extraordinaires.
Ruby, la seconde fille, ajoute parfois ses propres écrits pour nous faire part de sa vision des choses.

Ce roman m'a tenu en haleine de la première à la dernière page.
On vit, on pleure et on rit avec ces femmes si proches et si différentes.








La couleur des sentiments
Kathryn Stockett

Edition Jacqueline Chambon










Un roman américain pour terminer, aussi écrit en anglais mais lu en français.

Dans les années 60, à Jackson, Mississipi, les femmes blanches de la bonne société ont à leur service des bonnes noires, leur confient leurs enfants, mais font tout pour maintenir la ségrégation raciale.
A travers les voix de trois femmes, l'auteure parle magnifiquement des relations entre noirs et blancs, du mépris et du racisme omniprésent, mais aussi parfois de la tendresse, du respect qui peut voir le jour mais dont on ne peut pas parler de peur du jugement des autres.
Un livre tout simplement magnifique !

dimanche 22 mai 2011

Impressions

Depuis quelques temps, lorsque je quitte le village pour descendre en plaine, je passe à côté d'un champ extraordinaire. Et à chacun de mes passages, je me dis qu'il faut vraiment que je prenne le temps de m'y arrêter.
Aujourd'hui, je me suis décidée à y descendre à pied et j'ai eu le sentiment de me retrouver dans un tableau de Claude Monnet.

Vous voulez voir ?





lundi 16 mai 2011

Par un dimanche de pluie

Météo suisse nous l'avait annoncé : la fin de semaine allait se montrer plus fraîche et pluvieuse.
En effet, la température a chuté et quelques averses ont amené un peu d'eau à la terre. Sans doute pas suffisamment pour étancher la grande soif des cultures mais c'était déjà ça.
Après une après-midi passée à jouer en famille (on sort les jeux de société, on mange du chocolat, on rit beaucoup , bref, on adore ! ), j'ai ressenti quelques fourmis dans les jambes.
Une petite promenade s'imposait !
J'ai donc accompagné ma fille jusqu'à la ferme où elle fait du cheval.
Elle est passionnée, ma Camila, elle y va le plus souvent possible pour monter ou pour travailler avec les jeunes chevaux. Elle m'a donc embarquée dans un tour complet de toutes les écuries pour faire des bisous à tous ses "bébés". Ouaip, elle appelle ces énormes bestiaux d'au moins 500kg ses bébés :D.
Moi j'en ai une peur bleue, de ces bébés-là !
Bon depuis le temps que ma fille m'en parle et me les fait côtoyer, ça va mieux. Et tant qu'il y a une barrière ou une porte de box entre nous, ça va. Je veux bien leur faire des grattouillis sur le museau. Mais monter sur leur dos, pas question !
Bref, j'ai laissé ma fille à ses chevaux et malgré une petite pluie, je suis rentrée à pied par les chemins de forêt.


J'aime marcher, même sous la pluie, et j'aime la forêt.


J'ai beaucoup apprécié cette promenade en solitaire.
La lumière était magnifique, l'air un peu piquant, et le sous-bois exhalait une délicieuse odeur de terre mouillée.



Le corps libéré par la marche, l'esprit a pu s'envoler où bon lui semblait.


Au sortir de la forêt, revoilà le soleil, un coin de ciel bleu, et même un arc-en-ciel.




Quel incroyable sentiment de plénitude que celui de se sentir juste bien là où l'on se trouve, à ce moment précis.




Une forme toute simple de bonheur, à savourer avant qu'il ne s'échappe !

Samedi soir par ici

Autre moment, autre bonheur...

  • prenez un ordinateur doté d'une webcam
  • envoyez un message à vos amours du bout du monde pour voir s'ils sont disponibles pour se connecter
  • une fois la connexion établie, papotez de tout et de rien avec les adultes tout en admirant le merveilleux bébé qui gigote et babille au premier plan, confortablement installé sur son coussin à langer
  • passez ainsi une heure ou deux à savourer ces instants de pur bonheur



C'est simple, non ?







^_^


<3 <3 <3

vendredi 13 mai 2011

Dans les champs

Tout spécialement pour Mistinguette, une petite parcelle de ma campagne !


Bon ok, pour les autres aussi, comme ça pas de jaloux !

^_^

Histoire de hérisson

Pour Anne qui était intéressée, voici la fabrication de la boîte-hérisson et la poésie qui va avec.
L'idée de la boîte, je l'ai piquée à ma fleuriste qui avait décoré sa boutique de cette façon (elle était dac, elle est gentille, ma fleuriste ^.^ ).
Quant à la poésie, je crois que c'est moi qui l'avais inventée il y a une dizaine d'années, la première fois que j'avais utilisé cette idée pour la fête des mômans.
Oui, j'invente souvent des petits textes quand je ne trouve rien d'adapté à mes mini-élèves.
Et oui encore, je recycle les vieilles idées d'il y a longtemps quand je n'en ai pas de meilleures...

Donc, en images, ça donne ça :








lundi 9 mai 2011

Chacun ses goûts

Pour la fête des mamans, nous avons fabriqué au jardin d'enfants des petites boîtes hérissons remplies de petits chocolats en forme de cœur + une petite carte avec petite poésie de circonstance.

En faisant le paquet cadeau avec un petit gars :

- Ma maman, elle aime pas le chocolat !
- Ah non?
- Non ! Ma maman, elle aime le vin rouge !

J'espère qu'elle n'aura pas été trop déçue quand même :D !

dimanche 8 mai 2011

Pour ma fête

Le deuxième dimanche de mai, chez nous, c'est la fête des mòmans !
J'ai reçu un  p'tit cadeau de ma fille chérie à moi que j'aime, un cadeau comme quand elle était petite.



Trop mignon ! Et délicieusement odorant.
Merci ma poulette  <3 !
Manquait juste la petite poésie ...

lundi 2 mai 2011

Hasta la vista

Adorablement gentil, plutôt discret, il a partagé la vie de notre famille pendant 3 mois.
Du Costa Rica, il est venu rejoindre ma fille. Ils se sont connus lors de son premier séjour là-bas et ne se sont pas oubliés malgré la séparation et la distance.

Heu... c'est moi ou cette histoire a comme un air de déjà vu ?

Ben oui, vous ne rêvez pas !
Ma fille no2 (faudrait que je lui trouve un pseudo, à ma deuze !) a, comme sa sœur ainée, succombé au charme de l'exotisme. Mais elle a choisi de partir plein ouest, direction Amérique latine.
Bon ces deux-là ne sont encore ni mariés et ne nous ont pas encore annoncé qu'on allait être grands-parents.
Mais sait-on jamais...
Hier, le visa touristique de trois mois échu, notre invité a repris l'avion pour retourner au Costa-Rica.
Et il laisse un drôle de vide dans la maison.




dimanche 1 mai 2011

Ici

Ça change des îles tropicales, mais je trouve ça très joli, aussi !