hiver

hiver

mardi 28 mars 2017

Avant - après



Je sais que je me répète, mais le Nini et moi venons de passer le cap des trente années de vie matrimoniale. En plus d'avoir bien fêté en buvant du champagne et en mangeant des petits canapés le jour J, et après être allés trainer nos baskets dans les rues de Rome, ce sont nos filles qui sont arrivées ce dimanche avec un petit cadeau pour fêter cet anniversaire.
"Pour que vous puissiez bien vous rendre compte de ce que vous avez accompli" ont-elles précisé en riant !

Le cadeau, c'est un petit album de photos.
Nos trois poulettes se sont amusées à chercher quelques clichés de leur enfance et à les refaire le plus fidèlement possible à l'heure actuelle. Poussant même le détail à essayer de trouver des vêtements de la même couleur que ceux de l'époque.
Je crois bien que c'est un des cadeaux les plus mignons que j'aie jamais reçu !
En tout cas il m'a beaucoup émue.
Je te montre.









C'est chou, n'est-ce pas !
♥ ♥ ♥


lundi 27 mars 2017

Les rendez-vous de mars : kilomètres rêvés



Les kilomètres que je rêve de parcourir, ils se font à pied.
Je n'en ai que deux, des pieds, je le répète à l'envi dans le titre du blog. Mais j'aime les utiliser pour marcher.
Dans ma folie onirique, je pars pour un long voyage, avec juste mes souliers et un petit sac sur le dos. Je pars seule, ou avec des compagnons disposés à faire un bout de chemin en ma compagnie.
Je vais je ne sais trop où.
Mais pendant quelques temps je laisse famille et travail, confort et routine, soucis et tracas, et je traverse mon pays, les montagnes, les champs et les forêts. J'emprunte chemins et sentiers, quelques routes si je ne peux l'éviter.
Peut-être même, pourquoi pas, finis-je par arriver à la mer.
Laquelle ? Je ne sais pas non plus. Celle qui m'arrêtera, et qui après avoir été contemplée, me fera comprendre qu'il est temps de rentrer.






dimanche 26 mars 2017

Les rendez-vous de mars : kilomètres à pied


J'ai manqué le troisième rendez-vous du mois de mars proposé par Anne - kilomètres à pied - parce que très occupée justement à parcourir pedibus le pavé romain en compagnie du Nini. Je me rattrape aujourd'hui, surtout qu'un rendez-vous qui parle d'une de mes activités favorites, je me dois d'y participer !
Des kilomètres, dans la ville éternelle, on en a fait quelques uns. Le premier trajet, on a pris le bus. Un bus qu'on a attendu des plombes et qui nous a brinquebalé à travers la ville en faisant de nombreux détours. C'était bien aussi, on a vu comme ça des endroits où nous ne serions sans doute pas passés autrement, et j'aime toujours bien observer les usagers des transports publics. Mais par la suite, nous avons préféré marcher. Le Colisée, le forum, la place Navona, celle du Peuple et celle d'Espagne, le Panthéon, les ruelles du vieux Rome, un petit tour au Vatican et dans le parc de la villa Borghèse, sans oublier un passage devant l'incontournable fontaine de Trevi, ce n'était pas les buts de promenades qui manquaient.

J'ai été bien contente d'avoir renoncé aux bottines pour une paire de chaussures confortables style baskets !





samedi 25 mars 2017

Printemps


♪ ♫ ♪
Au printemps au printemps
Et mon cœur et ton cœur
Sont repeints au vin blanc
...
 Vois tous ces cœurs
Comme des artichauts
Qui s'effeuillent en battant
Pour s'offrir aux badauds
Vois tous ces cœurs
Comme de gentils mégots
Qui s'enflamment en riantPour les filles du métro
... 

Il le dit mieux que moi, le grand Jacques !


Ici, le printemps rime avec anniversaire.
36 ans cette année,
ou 30 si on compte depuis le passage officiel
à l'état civil.

J'ai bien fait de l'épouser, ce Nini-là, il m'offre encore des fleurs après toutes ces années !

Chaque printemps, impossible d'y échapper,
je photographie les petites fleurs de la forêt.

Ma préférée, le scille à deux feuilles dans toute sa splendeur !

Ce printemps, 
mes élèves ont peint/dessiné des poussins avec feutres et patate.

Me demande pas à quelle drogue ils carburent pour me faire des zoziaux pareils ! ♥


Pour le projet de Ma'
semaine  12 - printanier
 
 
 

jeudi 23 mars 2017

Rome



Et Rome alors ? C'était comment ?

Bien, très bien même !
Se balader avec le Nini main dans la main.
Découvrir pour la première fois la ville éternelle.
Se laisser charmer par la musique de la langue italienne.
Prendre des pauses en terrasse.
Déguster des glaces, et la bonne cuisine du sud.
Et puis avoir l'impression de se retrouver dans le livre d'histoire de mes douze ans !















mercredi 22 mars 2017

Sous bois



Après trois jours passés à la ville,
même si c'était une très belle ville,
mon premier élan a été pour la forêt toute proche.

Le joli printemps,
les chants d'oiseaux,
le vert tendre qui émerge du sous bois,
il m'est difficile d'y résister.

A chaque fois, la même émotion,
le cœur qui s'allège,
et la joie qui déborde.


Hormis quelques écureuils et un chevreuil,
j'ai admiré



la délicatesse du crocus


la beauté élégante du scille à deux feuilles


le blanc éclatant de l'anémone des bois




et celle-ci, l'érythrone dent-de-chien, une rareté dans la région, 
et une floraison courte à ne pas rater



et la douce hépatique qui rivalise avec le bleu du ciel




les bourgeons tout neufs qui remplaceront bientôt les feuilles fanées






et toutes les merveilles dont je ne saurais me lasser !

mercredi 15 mars 2017

Au théâtre hier soir



A la lumière des bougies, dans le tout petit théâtre de la ville, la compagnie Mandragore avait pour ambition de nous jouer Molière comme au XVIIe siècle.
La gestuelle de l’époque, le type de jeu, la musique, le chant, les costumes et les beaux maquillages anciens, tout cela était fort intéressant.
La déclamation, avec un phrasé très particulier (toutes les lettres étaient prononcées, comme dans les dictées lorsqu'on veut donner des indices sur les terminaisons des mots :D !), était toujours face au public. C'est un peu surprenant, lors des dialogues, de voir les acteurs ne jamais se regarder. Et tout cela avec un volume sonore qui m'a maintenue réveillée malgré le gros coup de fatigue qui m'est tombé dessus au début de la représentation !
Bref, une chouette soirée de théâtre, à s'étonner, à rire, et à compatir  aux malheurs de ce pauvre Sganarelle dans "Le mariage forcé", de monsieur Poquelin dit Molière.




 Le Mariage forcé / Photos Guillaume Perret


dimanche 12 mars 2017

Les rendez-vous de mars : kilomètres




Tous les chemins mènent à Rome, paraît-il.
Les lignes aériennes aussi !
740 kilomètres à vol d'oiseau d'avion en à peine 90 minutes pour se retrouver dans la ville éternelle.
Je ne suis jamais allée à Rome, mais c'est un souhait qui a toujours été présent dans un petit coin de ma tête.
Un vœu qui va se réaliser dans quelques jours, en compagnie du Nini.

30 ans de mariage, ça se fête !

samedi 11 mars 2017

Grande roue







Une roue de bicyclette ?
Non !
Mais une structure de métal nettement plus grande malgré son apparente légèreté.
Pour ceux qui n'ont pas trop le vertige et surtout la patience de faire la queue pour accéder aux cabines, elle permet d'admirer une grande partie de la ville de Londres.



London Eye, août 2016



Pour le projet de Ma'
semaine  10 - métal 
 
 
 
 
 

vendredi 10 mars 2017

lundi 6 mars 2017

Rendez-vous de mars : mon kilomètre carré




Un kilomètre carré, ce n'est pas très grand : un vaste terrain de jeu dont on peut faire le tour en moins d'une heure en marchant d'un bon pas et dont on connaît la plupart des recoins.
Dans celui ci-dessus se trouve ma maison.
Une petite bicoque toute simple, assez confortable, mais avec pas mal de défauts. Je l'ai déjà refaite mille fois dans ma tête mais presque pas dans la réalité.
Une maison qui offre le gite à notre famille depuis une vingtaine d'année, qui a vu grandir mes filles, et dans laquelle la nouvelle génération aime venir jouer.
Dans sa proximité immédiate, d'autres maisons familiales, des voisins appréciés pour la plupart, et même quelques amis.
Un peu plus loin, le centre du village, ses deux cafés-restaurants et sa petite épicerie où tout se raconte sur tout et sur tout le monde.
Légèrement décentrée, l'école accueille les cris, les rires et les jeux d'une bonne centaine d'enfants de 4 à 12 ans.
Et puis des champs, des pâturages, et un début de forêt où il est si facile de se glisser quand l'envie de calme et de nature me prend.
Voilà le kilomètre carré dans lequel je vis.
Il me convient, et même, j'y suis bien !